RSS

Archives de Catégorie: La Musique Classique

Freude, schöner Götterfunken, Tochter aus Elysium …

Voilà, j’ai enfin entendu « en vrai » la Neuvième Symphonie. Ici.

(Le Victoria Hall de Genève).

Dès les premières mesures, j’ai senti un frisson m’envahir, de la tête aux pieds, parce que ça y était, j’allais enfin L’écouter …

Par la suite, au cours des trois premiers mouvements et malgré le fait que je connaisse plutôt bien cette symphonie pour l’avoir écoutée environ 385749035304 fois, j’ai été estomaqué par la beauté de certains passages et surtout par le fait qu’il n’y a pas la moindre baisse d’intensité, de la première à la dernière note : dès le début, on sent et on sait que l’on « entre » dans quelque chose d’immense.

Cette impression se continue ensuite et s’amplifie même jusqu’à la dernière note …

Et puis, est arrivé le quatrième et dernier mouvement, celui qui contient le thème et le choeur de l’Hymne à la Joie.

Dès la première note, nouveau frisson.

Puis, quand les contrebasses et les violoncelles ont commencé à jouer le thème de l’Hymne à la Joie, frissons et grand sourire … Et premières difficultés pour respirer.

Ensuite, les voix sont entrées : le baryton seul, puis la combinaison avec les trois autres, un homme et deux femmes … puis l’entrée du choeur.

J’avais de plus en plus de mal à respirer, parce que je commençais à me sentir véritablement écrasé par la musique.

Et puis, l’orchestre a joué cette extraordinaire partie instrumentale, pendant laquelle on a l’impression que Beethoven allume des feux de joie, qui m’ont totalement submergé, des feux follets, qu’il lance des rayons de lumière dans tous les sens, toujours plus lumineux, et qu’il nous prend par la main, pour nous emmener en courant vers …

Le choeur de l’Hymne à la Joie.

Juste avant, la musique donne l’impression de freiner brutalement, comme si Beethoven nous offrait un léger moment de répit après ce qu’il nous a « imposé » avant.

Et là, aussi débile que ça puisse paraitre, je dois avouer que j’ai eu peur de ce qui allait venir, parce que j’étais déjà au bord de la suffocation …

Donc … coups de frein … léger silence … petit appel des cuivres … le thème joué tout doucement … nouvel appel … encore le thème … dernier appel … le thème qui remonte et …

Et j’ai failli m’étouffer, avoir une crise de vertiges, pleurer, partir en courant et refaire du rap ou devenir notaire et m’inscrire à l’UMP …

Bref, bien plus puissant que tout ce que j’avais pu imaginer et surtout, que tout ce que j’ai entendu jusque là.

Et à la fin, je me suis dit qu’après ça, on ne pouvait plus rien faire. Pas de rappel, (pas d’applaudissements, parce qu’avec une seule main, c’eût été un peu indigne… ou alors sur le plâtre, mais bon …), pas de musique, pas de commentaires …

Parce que, définitivement, il n’y a rien à dire lorsque l’on vient d’entendre la plus grande musique de tous les temps.

Publicités
 

Étiquettes : , , , ,

O Freunde, nicht diese Töne!

Demain soir, malgré ma main plâtrée et ma voiture en vrac, malgré tous les emmerdements qui vont avec, malgré la fatigue, la surcharge de travail , etc … etc … Malgré tout cela, demain soir, je vais aller me prendre la plus grande claque de ma vie (jusqu’au bébé …).

Demain soir, je vais entendre la Neuvième Symphonie. Inutile que je précise de qui, il n’y en a qu’une que j’écris avec des majuscules.

 

Je me suis toujours dit que, le jour où je l’entendrais « en vrai », je serai totalement écrasé par cette musique.

Je ne vais pas développer, parce que ma main me fait très mal, mais je voulais simplement écrire ici l’importance que cette soirée a pour moi.

Lui, c’est … Lui.

Et demain, je vais me souvenir à quel point l’Homme peut aller haut et combien il peut être beau, parfois.

Et après, je ne pourrai plus faire de musique pendant 6 mois …

Mais ça ne sera pas très grave ce week end.

 

Étiquettes : , ,

The day the music died

« The day the music died » est le jour où Buddy Holly est mort dans un accident d’avion, en février 1959.

Cette phrase vient d’une très belle chanson de Don McLean, « American Pie« , qui avait été reprise par Madonna il y a quelques années.

Il y a deux erreurs dans cette phrase : la première, Buddy Holly n’est pas la musique (je ne la suis pas non plus, d’ailleurs …). C’était un très bon musicien, qui aurait probablement fait une très grande carrière s’il n’était pas mort à 23 ans (quoi que … ces suppositions sur ce que tel aurait pu faire si … c’est la même chose pour Syd Barrett ou Jimi Hendrix … en réalité, ça fait juste écrire les critiques et naître des mythes, plus ou moins justifiés) … C’était aussi l’idole de Paul McCartney … mais de là à dire que la musique est morte avec lui …

Deuxième erreur, la musique n’est jamais morte et ne le sera jamais.

Pourtant, elle a fait un arrêt cardiaque le 5 décembre 1791.

Il est mort comme un chien, enterré comme un chien dans la fosse commune du cimetière communal de Vienne … alors qu’il venait de composer, en quelques années, La Flute Enchantée, la Symphonie n°40 (avec son extraordinaire début, qui dit tout ce que Mozart était … et qui me fait pousser un immense soupir de découragement à chaque fois que je l’écoute, parce que je ne comprendrais jamais comment on a pu laisser mourir comme ça celui qui a composé une telle merveille … « Mia Speranza Adorata »), le début de son Requiem .. ou l’Ave Verum Corpus.

Elle a subi un deuxième arrêt cardiaque le 26 mars 1827.

Lui … Je ne sais plus quoi dire, qui ne soit pas grandiloquent à propos de lui. Je pense juste au deuxième mouvement de la Septième Symphonie ce soir, avec ses … je ne sais quoi, qui se croisent et s’entrecroisent.

Bref.

Le problème, lorsque j’écoute cette musique, est que je ne peux plus continuer ce que je suis en train de faire, parce qu’elle me bloque complètement et que je me sens presque honteux de faire autre chose que de l’écouter. C’est certainement le genre de sensation qui fait écrire ou dire des conneries du style « ça me parle« .

Elle fait remonter à la surface une nostalgie de quelque chose que je ne sais pas nommer et que je ne connais même pas. Un peu comme ces passés qui ne sont pas les miens et qui pourtant me font souffrir.

A la fin du refrain de « American Pie« , Don McLean dit « This will be the day that I’ll die« , qui est une allusion à une chanson de Buddy Holly.

Avant que je lise les paroles correctes, je pensais que cette phrase faisait référence à quelque chose qui, si on le lui disait, le ferait mourir. Je trouvais que la musique était en outre parfaitement adaptée à cette idée …

Mais ça n’était pas ça.

Aujourd’hui, je sais que la musique ne mourra jamais, parce que, comme le Monsieur avec les gros sourcils juste au dessus l’a dit, elle emprunte ce chemin : « venue du coeur, puisse-t-elle retourner au coeur« .

Mais si elle venait à ne plus l’emprunter, this will be the day that I die.

 

Étiquettes : , , , , , ,

10 chansons pour vous aider à vous endormir paisiblement

Après avoir écrit ma note « Across The Universe« , que j’avais terminé par la chanson des Beatles, « Goodnight« , j’ai pensé à d’autres chansons que j’ai écoutées lorsque j’avais du mal à m’endormir.

J’ai donc décidé d’en rassembler certaines dans cette note, en espérant que ces chansons auront le même effet apaisant sur vous que sur moi.

Certains pourraient trouver ces musiques trop doucerettes … mais je ne vois pas pourquoi, avant de dormir, l’on s’imposerait de la musique qui ferait autre chose que réchauffer le coeur.

Par avance, désolé pour les vidéos EMI qui ne se laissent pas lire ailleurs que sur Youtube …

10. Bang Gang – Inside

Cette chanson est magnifique … Je l’ai « rencontrée » au cours d’une période extrêmement difficile pour moi, où toute ma vie partait en miettes, en raison de choix plutôt malheureux. Et une amie m’a un jour envoyé le lien vers cette superbe musique. Et j’ai pu l’entendre résonner au plus profond de mon coeur.

« Find me inside every heartbeat, inside every worry … Keep me in your heart again … »

9. Peter Gabriel & Kate Bush – Don’t Give Up

Lorsque j’étais en fac et que j’étudiais (très très sérieusement…) le droit, je n’ai jamais eu le moindre doute sur ma capacité à réussir mes examens, aussi surprenant que cela puisse paraitre lorsque l’on me connait.

Mais il y avait toujours un soir, peu avant le début des examens, où j’étais envahi par toute une série de doutes … Et invariablement, je recourais au même rituel pour faire disparaitre ces angoisses : écouter Don’t Give Up, puis Push It de Garbage …

Le résultat était toujours parfait, puisque je me réveillais le lendemain à nouveau rempli de mes certitudes … Et j’ai obtenu tous mes exams.

Le seul moment où je retrouve cette assurance et cette certitude de ne pas me tromper est celui où je compose : je suis absolument CERTAIN de ce que je fais, certain que la musique que je suis en train de choisir est la plus adaptée à ce que je veux dire. Puis, la vie recommence …

8. Massive Attack – Protection

Le clip, réalisé par Michel Gondry, est tout simplement parfait : ce long plan séquence reflète d’une façon extrêmement sensible cette terrible solitude urbaine qui parcourt la musique.

Cette chanson est très paradoxale : elle mêle une sensation de grande solitude avec une chaleur très réconfortante …

« ‘l’ll stand in front of you, I’ll take the force of the blow … Protection. »

Ecoutez cette chanson blotti(e) sous vos couvertures et vous comprendrez ce que signifie cette Protection.

7. Tears For Fears – Famous Last Words

J’ai toujours beaucoup aimé Tears For Fears … au contraire de ma mère, qui a dû subir leur album « The Seeds Of Love » TOUS LES MIDIS pendant 6 mois …

Cet album contient certains des plus grands tubes de Tears For Fears, notamment « Sowing The Seeds Of Love » et « Advice For The Young At Heart » … et se termine par « Famous Last Words« .

Cette musique contient en elle beaucoup de « fins » : la fin de l’album (avec les bruits de fond au début, qui m’ont toujours fait penser aux ingénieurs du son qui débarrassent le studio …), la fin du groupe (qui s’est séparé peu de temps après la sortie de l’album) ou la fin d’un espoir … et la naissance d’un autre, parce qu’il n’existe pas de fin sans renouveau.

6.The Beastie Boys – I Don’t Know

Le titre de cette chanson peut sembler bizarre au regard de ce que j’ai écrit en introduction de cette note, sur le fait d’écouter des chansons qui réchauffent …

C’est pourtant l’effet que cette chanson m’a toujours fait. Elle parle de ces doutes, de ces peurs que l’on a et qui nous empêchent d’avancer … et de cette « distant peace of mind » qui nous permet, malgré tout, de relativiser toutes les décharges émotionnelles que cela nous inflige.

Et le « tu tu tu tu tu tu » est l’une des choses les plus libératrices que j’ai jamais entendues …

5. John Coltrane – Naïma

John Coltrane est un génie, un génie et surtout un génie.

Naïma est un morceau qu’il a composé pour sa première femme. Et je me suis toujours demandé comment écrire une chanson d’amour plus belle, plus intense et plus expressive.

Je n’ai toujours pas trouvé.

4. The Beatles – Goodnight


Ce morceau a déjà fait l’objet d’une précédente note. Je ne développerai donc pas plus et me contenterai de rajouter que ce morceau vous montre les étoiles … ce qui est fort agréable à l’orée du sommeil …

3. Miles Davis – Concierto de Aranjuez

Cet extraordinaire morceau se trouve sur le fameux album « Sketches Of Spain » de Miles et est l’un de mes morceaux préférés, tout court.

Le monde qu’il ouvre à chaque écoute vaut tous les remous intérieurs que vous causera l’écoute d’une telle musique. Vous passerez par une telle multitude d’états émotionnels, que vous aurez l’impression d’avoir compris quelque chose de la vie …

2. Wolfgang Amadeus Mozart – L’air de la reine de la nuit

Je suis clairement TRES intimidé lorsqu’il s’agit de parler de celui qui a composé cette merveille (pareil pour celui qui va suivre) … et j’en ai déjà les larmes aux yeux, tant je n’arrive pas à comprendre comment il a pu atteindre de tels sommets de beauté, dans le monde dans lequel il a vécu.

Cette musique a été HONTEUSEMENT utilisée dans une pub pour du riz … C’est le passage le plus extraordinaire qui a été retenu, celui de l’air de la Reine de la Nuit. C’est un extrait du dernier opéra de Mozart, « La Flûte enchantée« .

Le morceau commence par une colère de la Reine de la Nuit, qui s’énerve contre sa filleule et la menace de la renier si ele ne poignarde pas Zarastro … et ensuite … si vous ne comprenez pas avec ce qui suit pourquoi Mozart est le plus grand musicien (bis …) de tous les temps, si vous ne comprenez pas que la musique peut vous dévaster et à l’instant suivant, vous emmener au ciel … je ne peux rien faire pour vous.

1. Ludwig Van Beethoven – Final de la Neuvième Symphonie

Là, ce n’est même plus de l’intimidation, c’est de la vénération …

Si Mozart représente le côté féminin de la musique, Beethoven en est le côté masculin, le côté « je peux pas procréer, donc je vais composer la musique de la vie« . (oui, certains hommes sont très modestes et pas du tout mégalos).

Cette première partie commence avec le chaos du monde … puis sa lente reconstruction … avant la montée extatique vers l’Hymne à la Joie … Je ne vois pas ce que je pourrais dire sur une telle perfection musicale, artistique, émotionnelle, humaine … Jamais rien n’est allé aussi haut et jamais rien ne pourra atteindre une telle hauteur.

La seconde partie est moins connue (sauf si vous vous souvenez de « Will you be there » de Michael Jackson, sur son album Dangerous, qui avait emprunté une partie des choeurs, en « oubliant » de préciser que Beethoven en était le compositeur …), mais n’en contient pas moins des passages d’une beauté exceptionnelle.

Les choeurs notamment, disent tellement de choses sur la beauté de l’âme humaine et de ses aspirations les plus nobles …

Venue du coeur, puisse-t-elle arriver jusqu’au coeur : c’est ce que Beethoven écrivait en marge de sa Missa Solemnis.

Je crois que ce qui caractérisent les grands musiciens est cette foi indestructible en la beauté de l’âme humaine, cet espoir invincible que, un jour, tout sera beau et harmonieux.

La Neuvième Symphonie est la plus belle illustration de cette foi et de cet espoir.

J’espère que vous lui donnerez la chance de vous atteindre.

 
3 Commentaires

Publié par le 19 décembre 2010 dans La Musique Classique, Les 10 meilleurs ...

 

Étiquettes : , , , , ,